Face à la justice, François Fillon opte pour le passage en force

Sympathisants du parti Les Républicains lors d’une réunion de soutien à la candidature de François Fillon à Bordeaux le 16 février. NICOLAS TUCAT / AFP

Le candidat envisage de se présenter même s’il est mis en examen, et met en doute la « bonne foi » du parquet national financier.

Certains de ses amis ont beau s’inquiéter et la justice continuer à enquêter, François Fillon maintiendra coûte que coûte sa candidature à la présidence de la République. Jeudi 16 février, le vainqueur de la primaire a annoncé à deux reprises qu’il ne se sentait plus lié par une quelconque décision judiciaire.

« J’entends plus que jamais porter le projet de redressement et de modernisation de la France, conformément au mandat qui m’a été donné par 4,4 millions de nos concitoyens. Je m’en remets donc désormais au seul jugement du suffrage universel », a-t-il déclaré devant les journalistes du Figaro à qui il donnait une interview. Cette phrase a été reprise sur son compte Twitter. Plus tard, lors d’un déjeuner avec des journalistes, il a été plus explicite. « Même si je suis mis en examen, rien ne m’arrêtera », a-t-il dit, selon RTL.

François Fillon a donc changé de position. Il y a trois semaines, sur le plateau de TF1, il avait lié son éventuel retrait à une mise en examen. « Une seule chose m’empêcherait d’être candidat : si mon honneur était atteint ou si j’étais mis en examen », avait-il affirmé, jeudi 26 janvier, deux jours après le premier article du Canard enchaîné sur l’emploi d’assistante parlementaire de son épouse.
Une « certaine naïveté »

Ce revirement est intervenu alors que le parquet national financier (PNF) venait d’annoncer dans un communiqué, jeudi matin, qu’il n’envisageait pas « en l’état, un classement sans suite de la procédure ». L’enquête se poursuit donc et le PNF peut encore renvoyer le candidat devant un tribunal correctionnel ou ouvrir une information judiciaire. Le classement sans suite paraît désormais exclu.
Se poser en victime du système judiciaire est un moyen pour Fillon de cimenter sa base électorale autour de lui

Mais la donne politique a changé. Aujourd’hui, aucun de ces scénarios ne poussera François Fillon à retirer sa candidature. Ses déclarations de jeudi sont l’aboutissement d’un changement de stratégie. Au début de l’affaire, dans les jours qui ont suivi l’ouverture de l’enquête préliminaire, mercredi 25 janvier, François Fillon a d’abord pensé que le PNF donnerait rapidement sa décision et qu’il serait blanchi assez vite. Il a été conforté dans cette opinion par son avocat, Antonin Lévy. « Lévy a été beaucoup trop optimiste à ce moment-là », lâche un conseiller politique de M. Fillon.

Sa sortie sur son retrait en cas…

Le Monde